Depuis leur création, les bachelors mettent l’accent sur l’international. Une chance pour les étudiants qui ont la possibilité d’effectuer une partie de leur formation et/ou un stage à l’étranger.

L’international est l’un des points forts du diplôme bachelor. Au cours de leur cursus, les étudiants ont la chance de développer leurs compétences linguistiques, mais aussi, de découvrir d’autres cultures.

« Réaliser une ou deux années d’études à l’étranger est désormais courant. Les entreprises recherchent de plus en plus des étudiants ou des jeunes diplômés disposant d’une bonne connaissance des autres pays et de la façon dont ils font du business », explique Aude, jeune diplômée d’une grande école de commerce parisienne qui a fait le choix de renforcer son CV en partant à l’étranger. Comme elle, de nombreux étudiants choisissent le bachelor pour bénéficier de cette expérience.

Cumuler les expériences dans d’autres pays

Entre les cours en anglais, les stages à l’étranger et les possibilités d’échange avec des universités partenaires, les étudiants de bachelor peuvent cumuler, en trois ans, de nombreuses expériences aux quatre coins du monde.

D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si ce diplôme fait la part belle à l’international, le bachelor ayant été lancé par les écoles de commerce et de management, en vue de répondre au mieux aux besoins des entreprises.

En effet, face au phénomène de la mondialisation, les sociétés souhaitent former des jeunes diplômés au profil plus international, en appuyant notamment sur l’apprentissage des langues, la connaissance des autres cultures, ou encore la capacité à s’adapter à diverses situations.

Des qualités qui peuvent faire la différence

La maîtrise des langues étrangères est aujourd’hui une nécessité, au-delà d’être un atout sur le curriculum vitae. Les titulaires de diplôme bachelor sont ainsi très appréciés pour leur excellent niveau d’anglais.

« J’ai fait mon stage en Malaisie, à l’hôtel InterContinental de Kuala Lumpur, témoigne Lauriane Jaillet, 23 ans, diplômée du bachelor affaires internationales de l’EM Strasbourg. On m’a confié des missions importantes et j’ai pu participer à de nombreux événements prestigieux, comme une soirée caritative pour les orphelins de Malaisie, où j’ai rencontré la femme du Premier ministre malais. Une expérience marquante qui m’a prouvé ma faculté d’adaptation. J’ai pu découvrir le monde du travail et ses particularités dans un pays multiethnique et multiculturel », ajoute-t-elle.

Les recruteurs apprécient également ces différentes expériences à l’étranger. Leur connaissance des autres cultures peuvent également faire la différence lors d’un entretien de recrutement.

« Sur un poste à responsabilité, nous étions plusieurs jeunes diplômés à candidater et j’ai finalement été recruté pour mon niveau de langues en anglais, en espagnol, en chinois, mais aussi pour mes expériences au Mexique et en Afrique », souligne ainsi Victor, jeune diplômé de l’Institut Mines-Télécom qui travaille désormais pour un gros groupe agroalimentaire américain. Une bonne solution pour ceux qui souhaitent évoluer dans un environnement international.